Mali

Le Mali demeure l’un des pays les plus pauvres de la planète avec un PIB de 1 130 $ par habitant (source : the Economist). Pratiquement les deux tiers de la population vivent avec moins de un dollar par jour et le pays est classé 163ème sur l’index HDI.

La crise suivant l’élection de décembre 2010 dans le pays voisin de la Côte d’Ivoire a ralenti l’économie du Mali et provoqué des restrictions sécuritaires qui ont frappé le secteur touristique. Malgré cela, l’industrie du tourisme croît de 4,6% par an et le gouvernement l’a souligné comme étant un secteur de priorité pour l’emploi, la croissance économique et la diminution de la pauvreté.

Mais cette croissance sera entravée à moins que la formation et les niveaux bas et persistants par rapport aux critères admis de qualité internationale ne soient améliorés. Des centres de formation sont nécessaires de manière urgente, non seulement dans la capitale Bamako mais aussi dans des zones touristiques telles que Mopti et Kayes, pour assurer que les diplômés puissent répondre aux critères internationaux de la qualité des services et comprendre la culture du tourisme et de l’hôtellerie.

Le secteur touristique emploie actuellement de nombreux travailleurs non qualifiés et semi-qualifiés de manière non officielle dans les hôtels du pays, les restaurants, les boutiques touristiques (particulièrement les magasins d’artisanat), et dans les transports locaux et les organisateurs de voyages. Un nombre important de travailleurs non qualifiés et semi-qualifiés sont actifs dans l’agriculture, vendent de la nourriture aux touristes et sont de plus en plus présents dans les opérations de chambres d’hôtes.

La plupart des gens travaillant dans le tourisme rural ont un très faible niveau de formation, gagnent très peu et offrent des niveaux de services plutôt bas. Une formation professionnelle devrait donner à ces travailleurs les plus défavorisés l’accès à des salaires plus élevés, à de vrais contrats et à des droits. Dotés de meilleures compétences ils pourront relever les niveaux vers ceux attendus par des visiteurs internationaux, stimulant du coup une croissance plus importante dans l’industrie.