HITT au Mali

Le programme HITT vises les jeunes et les femmes travaillant dans le secteur informel à faibles ou moyennes compétences. Il est aussi destiné aux institutions de formation et à ceux qui conçoivent le programme professionnel de formation au tourisme.

Il offrira une formation professionnelle à des guides et à des hôtels de villages ainsi qu’une formation au développement d’entreprise pour les producteurs locaux, les restaurateurs, les artisans et les commerçants. D’autres secteurs visés incluent les équipements sanitaires dans les zones touristiques et l’orientation des femmes guides vers des activités ayant un intérêt particulier pour les femmes. En tout, 1 200 personnes bénéficieront de la formation dans quatre sous-secteurs :

  • Hôtellerie/restauration
  • Agriculture/élevage/artisanat
  • Guide/agent de voyage/transport
  • Assainissement/hygiène.

Les régions de Bamako, de Kayes et de Mopti, où se trouvent le plus grand nombre de travailleurs informels en activité et potentiels, sont les régions cibles clé.  Bamako est la région la plus importante pour le tourisme d’affaires, celle de  Mopti pour les loisirs, et Kayes est une destination émergente près du Sénégal et de la Mauritanie.

SNV va effectuer un partenariat avec le Ministère de l’Artisanat et du Tourisme (MAT), le Bureau Malien du Tourisme et de l’Artisanat (OMATHO) et le Centre Aoua Keita (CAK), qui est relié au Bureau National de la Promotion des Femmes, de l’Enfant et de la Famille.

Centre Aoua Keita (CAK)

Baptisé ainsi en mémoire de Aoua Keita, la première femme députée du Mali et une championne des droits des femmes, le CAK, officiellement ouvert en 1999, est consacré à l’avancée sociale et économique des femmes, avec une emphase particulière sur celles qui ont quitté l’école. Il se trouve sous la juridiction du Ministère de la Promotion des Femmes, des Enfants et des Familles.

Chaque jeune fille ou femme suivant un cours bénéficie d’une formation sur mesures qui la prépare au monde du travail, de façon à ce qu’elle puisse pleinement participer au développement socio-économique du pays. Certaines diplômées ont lancé leurs propres cantines, dont celle de l’Assemblée Nationale du Mali. D’autres ont trouvé du travail au palais présidentiel. Douze autres ont bénéficié du programme GASANU qui promeut la nourriture traditionnelle malienne et qui est supporté financièrement par le CAK , l’Agence de Promotion du Travail pour la Jeunesse et la Promotion du Programme des Petites et Moyennes Entreprises.

Les neuf mois de formation du CAK donnant des compétences dans les domaines hôtelier et de la restauration (dont la cuisine, la pâtisserie et l’entretien ménager) consistent de 405 heures de formation à la cuisine, de 210 heures de formation en bar/restaurant, de 50 heures de formation à l’entretien ménager et de 390 heures d’éducation générale. Chaque semaine, les étudiantes font trois heures chacune d’anglais et de français, une heure d’hygiène alimentaire, six heures de formation à la gestion, trois heures de psychologie sociale et trois heures de formation touristique. Six mois sont passés en classe et trois mois dans un établissement touristique. Les étudiantes reçoivent aussi une formation informatique. Pour l’instant, le CAK a formé 785 jeunes femmes au travail hôtelier et 30 au dessin et à la couture. Le nombre de demandes augmente chaque année, ainsi que les niveaux de recrutement.

Le CAK propose aussi une formation à la carte à au moins 100 étudiantes à temps partiel par an, pour répondre au grand besoin de la profession pour une formation spécifique. Plus de 1 000 étudiantes ont pour l’instant tiré bénéfice d’avoir suivi certains modules du cours. Le centre organise aussi des sessions d’information à propos de la santé de la reproduction, du SIDA et du VIH, et de l’excision féminine via le Programme National de Lutte Contre l’Excision.

Le SNV au Mali

Le SNV est présent au Mali depuis 1979, et depuis 2010 en tant qu’organisation de développement de pointe dans le secteur touristique. Elle se consacre à réduire la pauvreté en créant des capacités, en facilitant les partenariats entre les secteurs public et privé, et par le développement de produits et de planification touristique. Avec ses clients et partenaires, elle vise à assurer que les bénéfices financiers de l’industrie du tourisme ne servent pas seulement à améliorer l’économie du Mali, mais procurent aussi des bénéfices durables à des communautés pauvres.