Secteur non officiel

L’Etude Nationale 2005 révèle qu’environ 8,6 millions de mozambicains travaillent dans le secteur non officiel, et que la majorité d’entre eux sont des femmes. Mais d’après l’Institut National des Statistiques ((INE (2005), Secteur Non officiel au Mozambique : résultats de la première étude nationale.)), ce chiffre est probablement une sous-estimation. Les travailleurs du secteur non officiel sont confrontés à plusieurs défis majeurs :

  • Des restrictions légales découlant des réglementations de l’Etat et des critères visant à réglementer le système économique de la société
  • Une faible offre de services de micro finance
  • Des taxes et impôts imposés sur les entreprises non officielles
  • Un manque de capital social Les travailleurs non officiels par secteur ou sous-secteur n’ont pas de représentation commune, sont très peu organisés et le gouvernement ne réussit globalement pas à comprendre leurs besoins.