Vietnam

L’économie en rapide croissance du Vietnam devrait devenir la 17ème du monde d’ici 2025 (Goldman Sachs) et le pays a effectué des percées gigantesques pour réduire la pauvreté, la proportion de personnes vivant avec moins de un dollar par jour baissant de 40% en 1993 à moins de 5% aujourd’hui (Ministère du Planning et de l’Investissement du Vietnam).

Mais c’est encore une société agraire avec environ les deux-tiers de la main d’oeuvre impliquée dans l’agriculture, la pêche et la forêt. Le chômage chez la jeunesse rurale est très élevé à cause d’un manque de compétences techniques et de formations. Seuls 2,4% des travailleurs ruraux possèdent des diplômes techniques ((HUYEN NGAN, 2005, “Faible qualification de la main d’oeuvre rurale : nous devons envisager le danger de perdre notre compétitivité”,  Viet Nam Economic Times, No. 58, mercredi 23 mars 2005)) et seuls 5% des jeunes des minorités ethniques ont reçu une formation professionnelle ((SAVY – Étude d’Evaluation de la Jeunesse Vietnamienne, 2004, Ministère de la Santé et Organisation Mondiale de la Santé, Hanoï, p.12)).

L’expansion rapide du secteur du tourisme a entraîné le développement d’industries en rapport, dont l’agriculture, l’artisanat et le secteur des services, créant un nombre conséquent d’emplois dans l’économie non officielle.

Mais le potentiel de croissance et de diminution de la pauvreté du tourisme est menacé par le manque de travailleurs dans l’hôtellerie et leur qualité. La demande pour des réceptionnistes, du personnel d’entretien et de restaurants, et pour des guides devrait atteindre le chiffre de plus de 1,2 million d’ici 2012, ce qui signifie qu’environ 19 000 personnes par an doivent être formées à la gestion touristique et aux compétences hôtelières.

De plus, la multitude de travailleurs non qualifiés ou semi-qualifiés du secteur ne peuvent d’habitude s’attendre à recevoir plus que les salaires les plus bas, tout en étant confrontés à une insécurité perpétuelle de l’emploi, à des conditions de travail non réglementées, et sans avoir de droits des travailleurs. Avec une formation adéquate, les plus défavorisés pourraient surmonter de telles vulnérabilités et aider à combler le fossé s’élargissant au niveau des compétences.